Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /homepages/2/d692211161/htdocs/wp-content/themes/branfordmagazine-pro/functions.php on line 232

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /homepages/2/d692211161/htdocs/wp-content/themes/branfordmagazine-pro/functions.php:232) in /homepages/2/d692211161/htdocs/wp-content/plugins/post-views-counter/includes/counter.php on line 292
A.P. Sinnett et le mystère du coussin - En déchirant le voile d'Isis ...

A.P. Sinnett et le mystère du coussin

mercredi, 8 novembre 2017 | Par | Catégorie: Derniers articles, Mystère

Alfred Percy Sinnett est né en 1840, il fut journaliste et écrivain. Il commença sa carrière de journaliste à Honk-Kong avant de devenir rédacteur pour le journal Evening Standard à Londres, en 1870. Deux ans plus tard, il partit avec son épouse, Patience Edensor, à Allahabab en Inde pour y travailler en tant que rédacteur au journal influent The Pionneer. Journal dont il deviendra le directeur.

Alfred Percy Sinnett

A.P. Sinnett est surtout connu pour avoir été de ceux qui reçurent maints lettres (129 au total) d’individus réalisés spirituellement et que Blavatsky appelait les maîtres de sagesse. L’ensemble des lettres est compilé dans un livre disponible en français portant le titre de « Lettres des Mahatmas M. et K.H à A.P. Sinnett ». C’est d’ailleurs, pour moi, la source la plus authentique et la plus solide du théosophisme Blavatskyen. Les originaux sont entreposés au British Museum, à Londres.

A.P. Sinnett est devenu l’ami d’Helena Blavatsky et c’est au cours de l’année 1880 qu’il la reçut elle et le Colonel Olcott (co-fondateur de la Société Théosophique) dans sa demeure durant 6 semaines.

A.P. Sinnett avant d’être convaincu de la réalité de ces Maîtres a cherché à obtenir la preuve de leurs existences. Il voulait être sur que ce n’était pas Blavatsky qui écrivait le lettres qu’il recevait tout comme il voulait s’assurer du pouvoir des Maîtres qu’eux même se vantait d’avoir. Et on peut dire qu’il fut largement rassasié en matière de preuve et l’histoire qui suit lui ota tout doute quant à la réalité des Maîtres.

Courant octobre 1880, Helena Blavatsky et le Colonel Olcott séjourne donc chez le couple Sinnett depuis quelques jours déjà. Le 19 octobre 1880 alors que A.P. Sinnett reçut sa seconde lettre de correspondance avec les maîtres, celui-ci vécu quelque chose d’assez insolite pendant la nuit.

Il raconte les faits :

« Dans la nuit du 19 octobre 1880, m’étant éveillé un instant, je vis K.H. (Maître au nom de Koot Hoomi) en forme astrale, puis, immédiatement après, rendu à nouveau inconscient (dans le corps) et conscient hors du corps, dans le cabinet de toilette adjacent, j’y aperçus un autre des Frères, plus tard identifié avec celui appelé par Olcott « Sérapis, le plus jeune des Chohans ».

La note au sujet de cette vision arriva le matin suivant et pendant ce jour-là, le 20, nous allâmes en pique-nique à Prospect Hill où se produisit le « cas du coussin ».

Voici le contenu de la note reçu le 20 octobre 1880 au matin après l’expérience nocturne des maîtres :

Mon Bon « Frère »,
Dans les rêves et les visions, du moins quand ils sont correctement interprétés, il ne peut guère y avoir « un élément de doute »… J’espère vous prouver ma présence près de vous la nuit dernière par quelque chose que j’ai emporté avec moi. Ce sera rendu à votre femme sur la colline. Je ne possède pas de papier rose pour écrire, mais je compte que le modeste papier blanc fera bien l’affaire pour ce que j’ai à dire.
KOOT’ HOOMI LAL SINGH

Autre exemple de lettre reçut par A.P. Sinnett

Exemple de lettre reçut par A.P. Sinnett

Dans la matinée du 20 octobre 1880, Blavatsky, Olcott et le couple Sinnett partent alors pique-niquer sur la colline de Prospect Hill. Une fois installé pour le repas, Blavatsky, médium accomplie, reçut un message de K.H qui demandait à quel endroit l’objet devait être restitué. Plutôt que de choisir un élément naturel tel que le sol ou un arbre, qui aurait été plus facilement atteignable, A.P. Sinnett choisit le coussin d’une chaise à porteur, le sien. Puis sa femme l’interrompit en prétextant qu’elle préférait que ce soit plutôt dans celui qui l’accompagnait. Un coussin qu’elle n’avait pas quitté depuis leur départ vers la colline.

Tous s’étaient donc mis d’accord sur le coussin et K.H. émit une réponse affirmative quant à l’emplacement choisit.

Quelques instants après, K.H. fit savoir à Blavatsky que l’objet était à l’emplacement qui avait été choisit. L’objet serait donc dans le coussin, fermé par des coutures qu’il fallu couper au canif. C’est A.P. Sinnett qui ouvrit le coussin après avoir enlever les coutures, point par point afin d’en libérer les plumes qui le garnissait. Puis Mme Sinnett en fouilla le duvet. La première chose qu’elle trouva est un petit billet triangulaire adressé à son époux.

Le message tenait ces propos :

« Mon « cher Frère »,

Cette broche N° 2 est placée dans cet étrange endroit simplement pour vous montrer combien il est facile de produire un phénomène réel et combien il est encore plus facile de suspecter son authenticité. Faites-en ce que vous voudrez, même jusqu’à m’associer à des comparses.

J’essaierai de remédier à la difficulté dont vous parliez la nuit dernière en ce qui concerne l’échange de nos lettres. Un de nos élèves visitera prochainement Lahore et les N.W.P. (Provinces de l’Ouest) et une adresse vous sera donnée dont vous pourrez toujours user ; à moins qu’en vérité vous ne préfériez correspondre au moyen… de coussins.

Remarquez, s’il vous plaît, que la présente n’est pas datée d’une « Loge », mais d’une vallée du Cachemire.
Vôtre, plus que jamais,
KOOT’ HOOMI LAL SINGH »

Pendant que A.P. Sinnett lisait le message, son épouse découvrit une broche qui lui appartenait et qu’elle portait souvent mais qu’elle laissait sur sa table de toilette lorsqu’elle ne s’en servait pas.

A partir de ce moment pour A.P. Sinnett, il n’y a plus eu de doutes possibles sur le pouvoir et l’existence des Maîtres, car comme Noël Richard-Nafare l’écrit dans sa biographie « H.P. Blavatsky ou la réponse du Sphinx »:

« Aucune tricherie n’était possible puisque tout le monde ignorait la promesse faîtes par le Maître de restituer un objet dont Sinnett lui même ignorait la nature. Les coutures intactes du coussin ne permettent à aucun sceptique de renouveler l’hypothèse du talus préalablement excavé. »

Seul bémol, le nombre des témoins était très réduit.


Référence à lire :




Laisser un commentaire